ATELIER DE FORMATION SUR LE SYSTEME CARREX Imprimer Envoyer

Port-au-Prince le 24 septembre 2014.- Le MCI s’engage à renforcer son système de surveillance du marché

Le Ministère du Commerce et de l'Industrie, à travers la Direction du Contrôle de la Qualité et de la Protection du Consommateur (DCQPC), en coopération avec le secrétariat de la CARICOM, a organisé les 22 et 23 septembre 2014, un atelier sur le Système CARREX (système d’alerte rapide pour échange d’informations sur les produits dangereux qui circulent dans les états de la CARAIBE).

Le secrétariat de la CARICOM propose de faire une série de consultations nationales pour avancer et faire la promotion du système CARREX dans tous les états membres de juillet à septembre2014.

Différentes institutions impliquées dans la surveillance de marché ont participé à cet atelier : le ministère de la Santé Publique et de la Population, le ministère de l’Agriculture, le ministère de l’Environnement, l’Administration Générale des Douanes, les cadres du Ministère du Commerce et de l’Industrie, les associations de consommateurs et l’association Haïtienne pour le management de la qualité. Ces interventions sont financées par l’Union Européenne à travers le 10e FED, sous l’égide du marché unique et économique de la CARICOM et le programme d’intégration économique.

M. Willy Bien-Aimé, chargé de mission au rang d’assistant-Directeur à la DCQPC, n'a pas raté l'occasion pour montrer l'importance de cet outil "Au regard de la perméabilité de nos frontières et la faiblesse de nos institutions engagées dans la surveillance de marché, Le système CARREX devient un outil incontournable pour freiner, réduire l’importation des produits dangereux dans le pays mais aussi un outil de prévention pour combattre les actions malhonnêtes, déloyales, frauduleuses de certains opérateurs économiques" a-t-il souligné.

Il a aussi ajouté «Si la qualité est le levier de toute compétitivité, le Contrôle de la qualité et la surveillance du marché constituent l’une des façons les plus efficaces pour introduire des pratiques d’excellence dans les entreprises et des comportements éthiques chez les exportateurs, importateurs, distributeurs » .... Aussi, Haïti a tout à gagner en participant à ce dynamisme de solidarité, de coopération entre les états membres à travers le système CARREX, en vue de garantir à la population des produits de meilleure qualité.

Comme l’a souligné M. Phillip Mac Clauren, chef délégation de la CARICOM, l’objectif de cet atelier est de 1) informer et présenter le système CARREX aux institutions, aux opérateurs économiques et aux associations de consommateurs ; 2) Prévenir et/ou restreindre l’approvisionnement de produits dangereux au niveau des Frontières des Etats membres de la CARICOM ; 3) Identifier les différents besoins des autorités nationales et faciliter une prise d’actions communes au niveau régional.

Au cours de son intervention, M. Clauren a fait remarquer que la loi sur la protection des consommateurs est un outil indispensable non seulement pour le développement du mouvement consumériste en Haïti mais et surtout un cadre juridique pour aider les consommateurs à trouver justice et réparation et un incitatif pour les entreprises vers la qualité. Il a souligné que cette loi doit être en conformité avec celle de la CARICOM.

Mme Meme Hilda, membre de la délégation a montré aux participants les procédures à suivre par le point focal MCI et les autres institutions (Douanes , association consommateurs, etc …).

M. Derrick Agdomar, expert en informatique membre de la délégation, a expliqué que le Système CARREX fonctionne grâce a une application en ligne qui permet aux 15 états membres de la CARICOM d’échanger des informations à travers un réseau internet. Il a décrit comment utiliser les outils informatiques en vue d’accéder au portail d’informations du CARREX et d’envoyer des notifications. Il a mentionné l’existence de deux portails : 1) le portail privé (sécurisé) où les points focaux nationaux à partir d’un code secret connu de la CARICOM peuvent accéder au système CARREX et faire des alertes sous forme de notifications ; 2) Le portail public où les associations de consommateurs ou le consommateur peuvent avoir accès aux informations et aux avis du système.

Cet atelier, selon les responsables, se veut sans conteste un espace de dialogue, de diffusion d’informations utiles, à la recherche d’un savoir-faire, d’une coopération régionale pour aider le pays à équilibrer les effets de la globalisation des marchés sur les consommateurs.

Le MCI renouvelle son attachement à l’une des causes les plus nobles, celle de protéger la santé et la vie des consommateurs par un contrôle plus efficace du marché dans une dynamique de réseautage, d’interconnexion avec les états membres de la Caraïbe, l’UE, les pays du Nord, a déclaré M. Patrick Blanchet, chef de service à la Protection du Consommateur.

A noter que cet atelier participe de la volonté du secrétariat de la CARICOM de divulguer les outils indispensables aux bonnes pratiques, à l’utilisation efficace du système CARREX en vue de nous aider à renforcer notre système de surveillance du marché. Les partenaires de tous les secteurs concernés devront obligatoirement répondre à la norme, aux procédures indiquées dans le souci de protéger les consommateurs et du même coup garantir le bien-être de la population et le développement économique du pays.

L’adhésion au système CARREX contribuera puissamment au développement d’une culture de la qualité, véritable levier de compétitivité tout en habilitant le pays à bénéficier des expériences et des avancées des autres pays de la CARICOM en matière de surveillance de marché.