Les produits typiques du département de l’Ouest Imprimer Envoyer

Dans le cadre du programme de développement des produits typiques du ministère du Commerce et de l’Industrie, qui vise à associer à chaque localité d’Haïti des produits à fort potentiel commercial, les produits du département de l’Ouest ont été présentés dans le document intitulé « Produits typiques d’Haïti ». La grande majorité des produits dudit département sont issus du patrimoine culturel et naturel. Présentation…


Seul dans le domaine du patrimoine culturel et naturel, le département de l’Ouest a près d’une centaine de produits qui sont à fort potentiel de développement. Les communes de Delmas, Tabarre, Thomazeau, Pointe à Raquette, Ganthier, Anse-à-Galet, Arcahaie, Cornillon, Pétion-Ville n’ont pratiquement que des produits de ce domaine. A Anse-à-Galet, on compte 3 grottes (grotte naturelle, grotte des Indiens et grotte nan café), un bassin (Bassin d’Anacaona) et la chahute indienne, une cabane servant d’abri pour les loas.

A part la banane de l’agriculture locale qui soit exploitable, à Arcahaie, on récence 8 autres produits à fort potentiel commercial dans le domaine du patrimoine culturel et naturel. Trois forts (fort Drouet, fort Cortade et fort Dépêche), deux monuments (de Jean-Jacques Dessalines et de Catherine Flon), la maison Grann Guiton, le trou forban et la cité du drapeau. Tandis que dans la commune adjacente, il n’y a que deux produits à potentiel. La chute d’eau Torcelle du patrimoine naturel et le melon de l’agriculture locale.

Les techniciens du MCI ne retrouvent pas de produits à potentiel dans la commune de Carrefour qui n’a que 4 produits exploitables, dont deux grottes (grotte La ferme et grotte Casale). Dans cette zone, la sculpture de pierre taillée et la tannerie de Bizoton sont les deux autres produits commerciables issus de l’agriculture locale. A Cornillon, il y a également quatre produits qui peuvent être mis en valeur. Trois sont issus du patrimoine culturel et naturel (grotte Pointe, étang Mapou et citerne coloniale) et le café de l’agriculture locale.

Si à Cité Soleil, un seul produit est à fort potentiel (Fort Dimanche, ancien fort de Port-au-Prince construit du temps de la colonie et servi de prison politique sous la dictature de François Duvalier), à la commune de Petit-Goâve, il y a 23 produits à fort potentiel dont 15 dans le domaine du patrimoine culturel et naturel. Cette commune compte 3 forts (fort Royal, fort Liberté et fort Gary), 3 grottes (grotte Nan bèf, grotte Séjourné et grotte Fondwa), trois plages (Bananier beach, Cocoyer beach et Ti sable blanc), 2 festivités (Festi Vallue et Carnaval dous makos), une cascade et le mausolée de Soulouque. Dans l’agriculture locale, cette commune produit amplement de l’igname Guinen, de l’igname jaune et de mango Corne. Et dans la petite industrie et l’artisanat, le document du MCI énumère « dous makos », la dodine, la natte et les gelées de corossol et d’abricot comme 5 produits à potentiel dans la zone.

Le rara de Léogâne, la plage « Ça ira beach » sont, dans le patrimoine culturel et naturel, les deux produits à potentiel commercial de la commune de Léogâne. Dans l’agriculture locale, l’ouvrage compte le mango Francisque, la canne à sucre et le mango Blanc. Tandis que le clairin et la sculpture en roche sont les deux produits exportables de Léogâne dans la petite industrie et l’artisanat.

Il n’y a pas de produits à potentiel commercial dans la petite industrie et artisanat à Kenscoff. Cependant dans l’agriculture locale, la commune peut compter sur des produits à potentiel, le chou, la carotte et le brocoli. Dans le patrimoine, le document mentionne le fort Jacques, le fort Alexandre et le parc Wallace.

Dans les « Produits typiques d’Haïti », il n’y a pas de produits à fort potentiel de développement dans les domaines de la petite industrie et artisanat et de l’agriculture locale à Delmas. La commune compte 4 produits commerciables dans le domaine du patrimoine culturel et naturel (palais municipal, ciné Impérial, Henfrasa et le centre sportif Dadadou).

C’est la même situation à Ganthier qui n’a que deux produits dans le même domaine (Source Zabeth et le parc naturel Quisqueya de Fonds-parisien). Tandis que la commune de Fonds-Verrettes contient trois produits exploitables, dont deux du patrimoine culturel et naturel (grotte adalcu et Forêt des pins). Dans l’agriculture locale, le MCI cite aussi la pomme de terre comme produit à potentiel dans cette région.

Dans la petite industrie et l'artisanat, la commune de Croix-des-Bouquets a un seul produit qui soit à fort potentiel commercial. Le fer découpé. Le Document du MCI fait mention de 8 autres produits dans le domaine du patrimoine culturel et national (Vestige de l’habitation Caradeux, site de Barbancourt, village Noailles, buste de Toussaint Louverture, ruine de Jean-Jacques Dessalines, Source puante, ruines coloniales et bassin colonial roche).

Il n’y a que le lac Azuëi (le plus grand étang du pays) qui soit un produit à potentiel commercial dans la commune de Thomazeau. Pour la commune de Tabarre, c’est le site du Parc historique de la canne à sucre et le bâtiment du ministère de l’Agriculture qui sont commerciables. Dans la commune de Pointe-à-Raquette, le document mentionne 4 grottes qui sont des produits commerciables (grottes Saint-Rock, Lotorru, Nestan et Chapelle).

Dans le chef-lieu du département, capitale de la République, il n’y a pas de produits issus de l’agriculture locale. Il y a cependant deux qui sont de la petite industrie et artisanat (Arts plastiques et paillette). Pour le patrimoine culturel et naturel, Port-au-Prince compte 18 produits à fort potentiel commercial (le marché en fer, le MUPANAH, la place des héros de l’indépendance, l’habitation Leclerc, la maison de Nemours Jean-Baptiste, le théâtre national, les œuvres picturales et écrites de Franckétienne, le Champ de Mars, le cinéma Capitole, le Triomphe, le Rex, les maisons gingerbread, la statue Madan Kolo, les ruines de la cathédrale, l’ancienne bibliothèque, les bandes à pied et la danse folklorique).

Dans le document du MCI financé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), les produits prioritaires du gouvernement sont également présentés. Le gouvernement priorise, dans le domaine du patrimoine, les forts Jacques et Alexandre et le rara ; dans l’agriculture locale, la banane, la cerise et la pomme de terre ; et dans la petite industrie et artisanat, sucre Darbonne, dous makos et le fer découpé.