10E CONFERENCE MINISTERIELLE, NAIROBI Imprimer Envoyer

Le paquet de Nairobi contient une série de six décisions ministérielles sur l'agriculture, le coton et les questions relatives aux pays les moins avancés. Ceux-ci comprennent un engagement d'abolir les subventions à l'exportation pour les exportations agricoles ; décision que le Directeur Général Roberto Azevêdo a salué comme le «résultat le plus significatif sur l'agriculture" au cours de 20 ans d'histoire de l'organisation.

Les autres décisions sur les questions relatives à l’agriculture couvrent les réserves de stocks publics à des fins de sécurité alimentaire, un mécanisme de sauvegarde spéciale pour les pays en développement et des mesures liées au coton. Les décisions concernent également le traitement préférentiel pour les pays les moins avancés (PMA) dans le domaine des services et les critères pour déterminer si les exportations des PMA peuvent bénéficier de préférences commerciales.

« Il y a deux ans à Bali, nous avons fait quelque chose que l'OMC n’avait jamais fait auparavant - nous avons obtenus des résultats multilatéralement négociés », a déclaré Azevêdo. « Cette semaine, ici à Nairobi, nous avons développé ces mêmes qualités au travail. Et aujourd'hui, une fois de plus, nous avons livré ».

La dixième Conférence ministérielle de l'OMC a eu lieu à Nairobi, au Kenya, du 15 au 19 Décembre 2015, la première réunion organisée par un pays africain. La Conférence a été présidée par le Secrétaire du Cabinet pour les Affaires étrangères et du Commerce international du Kenya, Amina Mohamed.

Mme Mohamed a admis que les Ministres sont « confrontés à des moments de grands défis », en concluant le paquet de Nairobi, qui a nécessité une journée supplémentaire de négociations intensives ; des « décisions difficiles ont dû être prises, mais nous avons fait mordre la balle ».

« Nous avons réaffirmé le rôle central de l'OMC dans la gouvernance du commerce international», a-t-elle ajouté.

La Conférence a été ouverte le 15 Décembre par le Président du Kenya, Uhuru Kenyatta. Au cours de la séance d'ouverture, des propos ont été tenus par Mme Mohamed, DG Azevêdo et le Président du Conseil général de l'OMC, Fernando de Mateo. Ils ont été rejoints lors de la cérémonie d'ouverture par le Président Ellen Johnson Sirleaf du Libéria, dont le pays a conclu ses négociations d'adhésion à l'OMC le 16 Décembre.

Accords sur l’agriculture

Une pièce maîtresse du paquet de Nairobi est une décision ministérielle sur la compétition à l'export, y compris un engagement d'éliminer les subventions aux exportations agricoles. DG Azevêdo a décrit ces mesures comme le «résultat le plus significatif sur l'agriculture » dans 20 ans d'histoire de l'organisation.

« Membres de l'OMC - en particulier les pays en développement - ont toujours exigé des mesures sur cette question en raison de l'énorme potentiel de distorsion de ces subventions sur la production et le commerce intérieur », a-t-il déclaré. La question est abordée une fois pour toute au cours de cette conférence ministérielle.

Un certain nombre de pays utilisent actuellement les subventions à l'exportation pour soutenir les exportations agricoles. La décision juridiquement contraignante permettrait d'éliminer ces subventions et d’empêcher à l’avenir aux gouvernements de revenir à une distorsion des échanges soutenus à l'exportation.

En vertu de la décision ministérielle, les membres des pays développés se sont engagés à éliminer les subventions à l'exportation immédiatement, sauf pour une poignée de produits de l'agriculture ; les pays en développement vont le faire en 2018. Ces pays en développement vont garder la souplesse nécessaire afin de couvrir les frais de marketing et les coûts de transport pour les exportations de produits agricoles jusqu'à la fin de 2023. Les pays les plus pauvres et les grands importateurs de produits alimentaires bénéficieraient de plus de temps pour réduire les subventions à l'exportation.

La décision contient des mécanismes pour faire en sorte que d'autres politiques d'exportation ne soient pas utilisées comme une forme déguisée de subventions. Ces mécanismes comprennent des termes visant à limiter les avantages du financement de soutien aux exportateurs de produits agricoles, des règles sur les entreprises d'Etat qui font du commerce de produits agricoles, ils s’assurent également que l'aide alimentaire ne nuise pas à la production nationale.

Les Ministres ont également adopté une Décision ministérielle sur les réserves de stocks publics à des fins de sécurité alimentaire. La décision engage les membres à participer de manière constructive à trouver une solution permanente à ce problème. En vertu de la décision ministérielle de Bali de 2013, les pays en développement sont autorisés à poursuivre les programmes de constitution de réserve de stocks alimentaires, qui sont par ailleurs un risque de maintien de subventions à l’intérieur du cadre de l'OMC, jusqu'à ce qu'une solution permanente soit trouvée par la 11e Conférence ministérielle en 2017.

Une décision ministérielle sur un mécanisme de sauvegarde spéciale (MSS) pour les pays en développement reconnaît que les membres en développement auront le droit d'augmenter temporairement les droits de douane face à une poussée des importations en utilisant un SSM. Les Membres continueront de négocier sur le mécanisme de sessions spécifiques du Comité de l'agriculture.

En outre, une décision ministérielle sur le coton souligne l'importance vitale de la filière coton des PMA. La décision comprend trois éléments de l’accord sur l'agriculture: l'accès aux marchés, soutien interne et concurrence à l'exportation.

Sur l'accès au marché, la décision stipule que le coton en provenance des PMA rentre en franchise de droits et sans contingent aux marchés des pays développés – et les pays en développement déclarent qu'ils sont en mesure de le faire à partir du 1er Janvier 2016. La décision relative au soutien interne pour le coton reconnait les reformes entreprises par les pays membres dans leur politique interne et souligne que d’avantage d’efforts rentent à faire. Relatif à la concurrence à l'exportation, ils ont fait obligation aux pays développés d’interdire les subventions à l'exportation du coton immédiatement et les pays en développement le feront à une date ultérieure.



Décisions au bénéfice des PMA

Le paquet de Nairobi contient également des mesures en termes d’avantages spécifiques pour les PMA, y incluent les règles d'origine préférentielles pour les PMA et le traitement préférentiel pour les fournisseurs de services des PMA.



Règles d'origine préférentielles pour les PMA

La Conférence ministérielle a adopté une décision qui va faciliter les possibilités pour l'exportation de marchandises vers les pays développés ; et de pays les moins avancés vers pays en développement dans le cadre des accords commerciaux préférentiels unilatéraux en faveur des PMA.

La décision de Nairobi se fonde sur la décision ministérielle de Bali relative aux règles d'origine préférentielles pour les PMA, 2013. La décision de Bali a énoncé, pour la première fois, un ensemble de directives convenues au niveau multilatéral pour aider à faciliter les exportations des PMA en vue de leur accès préférentiel aux marchés extérieurs.

La décision de Nairobi prend corps en fournissant des directives plus détaillées sur des questions spécifiques telles que les méthodes permettant de déterminer quand un produit est considéré comme « origine dans un PMA » et lorsque les entrées provenant d'autres sources peuvent être "cumulées" - ou combinées ensemble - dans l'examen d'origine. Il appelle les membres accordant des préférences à envisager d'autoriser l'utilisation de matériaux non originaires jusqu'à 75% de la valeur finale du produit.

La décision ministérielle demande également aux membres accordant des préférences d'envisager la simplification des documents et les exigences procédurales liées à l'origine.

Les principaux bénéficiaires seront les pays d'Afrique sub-saharienne, qui constituent la majorité du Groupe des PMA, le promoteur de la décision de Nairobi sur les règles d'origine préférentielles pour les PMA.



Le commerce des PMA dans les services

La Décision ministérielle pour la mise en œuvre du traitement préférentiel dans le secteur des services et Fournisseurs de services des pays les moins avancés prolonge la période de dérogation actuelle en vertu de laquelle les non-PMA membres de l'OMC peuvent accorder un traitement préférentiel aux services des PMA et des fournisseurs de services. La période a été prolongée de 15 ans jusqu'au 31 Décembre 2030. La dérogation permet aux membres de l'OMC de se défaire de leur obligation de la nation la plus favorisée de l'Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS). À ce jour, 21 membres ont présenté des notifications pour accorder des préférences aux services des PMA et des fournisseurs de services. La décision donne également mandat au Comité du Commerce de l'OMC de s’ériger en Conseil des Services pour encourager les discussions entre les membres sur l'assistance technique visant à accroître la capacité des PMA à participer au commerce des services. Elle met également en place une structure d’évaluation afin de surveiller le fonctionnement de préférences notifiées.

Les Ministres réaffirment le rôle central de l'OMC dans les échanges commerciaux mondiaux et admettent une fracture sur l'avenir du cycle de Doha.

Dans leur Déclaration de Nairobi, les Ministres ont rappelé la «prééminence de l'OMC en tant que forum mondial pour l'établissement de règles commerciales et de la gouvernance» et ont reconnu que la contribution du système commercial multilatéral fondé sur des règles a fait la force et la stabilité de l'économie mondiale.

« Nous réaffirmons la nécessité de veiller à ce que les Accords Commerciaux Régionaux (ACR) restent complémentaires, et non pas un substitut, au système commercial multilatéral », ont déclaré les Ministres, ajoutant que le Comité de l'OMC sur les accords commerciaux régionaux (CACR) devrait discuter des implications systémiques des ACR pour le système commercial multilatéral et leur relation avec les règles de l'OMC.

Les Ministres ont reconnu que les membres "ont des vues différentes" sur la façon d'aborder l'avenir des négociations du Cycle de Doha mais ont noté l’«engagement fort de tous les Membres pour faire avancer les négociations sur les questions de Doha restantes."

« La question du développement doit être placée au centre du processus et les dispositions relatives au traitement spécial et différencié doivent rester intégrales », ont déclaré les ministres.

Les Ministres ont également déclaré que : « Toute décision de lancer des négociations multilatérales sur ces questions devrait être acceptée par tous les Membres » .Cependant les négociateurs devraient accentuer leurs travaux là où les résultats ne sont pas encore atteints, certains souhaitent identifier et de discuter d'autres questions à négocier.

DG Azevêdo a reconnu les « divisions persistantes et fondamentales sur le programme de négociation » et a dit « que les membres de l'OMC doivent faire face à ce problème ».

« Les membres doivent décider- le monde doit décider - à propos de l'avenir du cycle de Doha » a-t-il déclaré. « Cette impasse nuit déjà aux perspectives de tous ceux qui comptent sur le commerce aujourd'hui -. Elle constitue un inconvénient pour tous ceux qui pourraient bénéficier pleinement d'un système commercial mondial réformé modernisé à l'avenir ».

Les ministres ont également salué l'adoption de décisions portant sur un programme de travail sur les petites économies, le commerce électronique, plainte en situation de non-violation ou motivé par une situation dans le domaine de l’ADPIC (Accord sur les aspects de Droit de la Propriété Intellectuelle qui touche le Commerce).



Accords commerciaux sur les produits informatiques

Un autre résultat important de la Conférence ministérielle de Nairobi, les membres de l'OMC représentant les principaux exportateurs de produits informatiques ont convenu le 16 Décembre sur le calendrier de la mise en œuvre d'un accord historique visant à éliminer les droits de douane sur 201 produits de technologie de l'information évalués à plus de $ 1.3 milliards de dollars par année.

Les négociations sur l'accord élargi de technologies de l'information (ITA) ont été réalisées par 53 membres de l'OMC, y compris les pays développés et en développement, qui représentent environ 90 pour cent du commerce mondial de ces produits. Cependant, tous les membres de l'OMC bénéficieront de l'accord. Ainsi, ils vont tous profiter de l'accès aux marchés en franchise de droits aux marchés des membres et éliminer les tarifs sur ces produits.

La liste de 201 produits a été originellement convenue par les participants à l'ATI en Juillet 2015.

Cette percée a engendré des mois de négociations intensives entre les participants à l'ATI. La révision des «projets de listes » de beaucoup de pays impliqua un processus par lequel chacun des membres se voit obliger d’indiquer dans quel délai et comment ils avaient l'intention de mettre en œuvre l'élimination des droits de douane sur ces produits.

Pour chaque produit sur la liste, les participants à l'ATI ont négocié le niveau de réduction et sur combien d'années ils permettront d'éliminer totalement les droits de douane. À la suite de ces négociations, environ 65% des lignes tarifaires seront entièrement supprimés au 1er Juillet 2016. La plupart des lignes tarifaires restantes sera complètement éliminée en quatre étapes sur trois ans. Cela signifie que d'ici 2019, presque toutes les importations des produits concernés seront en franchise de droits.



Adhésions

Les Ministres du Commerce, le 16 Décembre ont félicité la conclusion des négociations sur les adhésions du Libéria et l'Afghanistan à la dixième Conférence ministérielle.

Liberia deviendra officiellement membre de l'OMC 30 jours après notification à l'organisation qu'il a ratifié ses conditions d'adhésion.

Les Ministres du Commerce se sont également félicités de la conclusion des négociations d'adhésion à l'OMC de l'Afghanistan le 17 Décembre

L’Afghanistan appliqué à l'OMC en 2004, prendra officiellement siège à l’OMC 30 jours après son document de ratification soit reçu.



OMC : échec du cycle de Doha à Nairobi

La dixième conférence ministérielle de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), la première en Afrique, s’est soldée samedi à Nairobi sur un constat d’échec concernant le cycle de Doha, mais a offert des avancées sur le front des subventions aux exportations agricoles. Malgré la prolongation pendant 24 heures des discussions, les 162 pays membres de l’OMC n’ont pu constater leur désaccord sur la marche à suivre à l’égard du cycle de Doha dans l’impasse depuis 14 ans. Cette conférence était pourtant largement considérée comme la dernière de le sauver.

L’agenda de Doha, serpent de mer de l’OMC, a pour but de libéraliser le commerce mondial sur une base multilatérale en réduisant les barrières commerciales et en révisant les règles commerciales, et avec les bénéfices particuliers pour les pays en développement.

La déclaration finale adoptée à Nairobi reconnaît à la fois que certains états membres sont « pleinement déterminés » à aller au bout du cycle de Doha, mais que d’autres ne le sont pas et considèrent que « de nouvelles approches sont nécessaires pour obtenir des résultats significatifs dans les négociations multilatérales ». Dans le contexte d’enlisement du cycle de Doha, des pays avaient déjà préféré négocier en dehors de l’OMC des accords régionaux, en concurrence directe avec l’organisation basée à Genève.

Michel Froman, le représentant des Etats-Unis_ qui préfèrent des accords bilatéraux, souvent à leur avantage ­­­, en a presque signé l’acte de décès en estimant : « si les opinions restent divergentes au sein des membres de l’OMC, il est clair que la route d’une nouvelle ère pour l’OMC s’est ouverte à Nairobi ».



Comment Haïti pourrait profiter des opportunités offertes par la 10e conférence ministérielle de Nairobi ?

Rappel (Point de vue de l’EDI ; participation Monsieur Fritz CHÉRY à l’ACICI, Genève 2009) :

Sans des perspectives concrètes pour le pays : de compenser les coûts d’ajustements liés à la libéralisation économique, de se lancer dans un vaste programme de formation en ressources humaines, d’éliminer les contraintes infrastructurelles liées au commerce, à l’activité productive, de maintenir un environnement sécuritaire et de gravir l’échelle de la valeur ajoutée par le développement des filières de production compétitives, Haïti aura des difficultés pour diversifier son offre exportable et profiter pleinement des avantages du commerce mondial.

À Nairobi, la décision prise pour éliminer toute subvention à l’exportation dans les pays développés et progressivement dans les pays en développement, l’acceptation dans le cadre de l’OMC des mesures de soutien interne dans le secteur agricole au niveau des PMA, ouvrent de grandes opportunités aux agriculteurs des pays émergents et PMA.

Toutefois, on doit bien se le rappeler que, Haïti en tant que PMA n’a jamais pu profiter antérieurement des avantages préférentiels non réciproques dans le cadre de l’ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique-UE) ou accord de Lomé. Dans la perspective de la ratification de l’Accord de Cotonou (accord de réciprocité) CARIFORUM-UE intégrant l’initiative « tout sauf les armes », les responsables haïtiens devraient définir une politique agricole avec des stratégies claires en vue de profiter des nouveaux avantages offerts par les différents marchés.

Un des domaines dans lequel Haïti pourrait en tirer parti, c’est le développement prodigieux des TIC, c’est un secteur générateur d’emplois à explorer dans le cadre de la coopération internationale et de l’assistance technique, joint venture, télétravail.etc…

En outre, avec les avantages incitatifs dans le domaine des services, Haïti, dans le secteur du Tourisme, pourrait doublement en bénéficier de ceux-ci. D’une part, parce que le tourisme est du domaine des services et fait partie de la vision stratégique du Gouvernement pour créer de l’emploi, de la valeur ajoutée et susceptible d’attirer de l’Investissement Direct Étranger (IDE) au niveau de l’économie (PSDH, horizon 2030) ; d’autre part, l’effet d’entrainement qu’il peut avoir sur des secteurs comme l’agriculture et la construction pour améliorer les conditions de vie de la population et soigner le PIB assez faible d’Haïti.

Ainsi, Haïti devra profiter de la décision ministérielle à Nairobi pour engranger des gains substantiels provenant du secteur des services. Le tourisme bénéficie, en effet, de la mise en œuvre du traitement préférentiel en faveur des services et fournisseurs des services des pays les moins avancés et de la volonté des acteurs internationaux à favoriser la participation croissante des PMA au commerce des services.




Direction de l’Entrepreneur et du Développement Industriel

7/1/2016