Erreur
Discours du Ministre Jude H. DAY - Journées de reflexion sur le développement économique dans la région Nord/Nord 'Est Imprimer

Mesdames, Messieurs les Ministres,

Autorités Locales,

Mesdames, Messieurs les Représentants de la BID,

Mesdames, Messieurs,

C’est pour moi un réel plaisir de vous souhaiter la bienvenue et de m’associer aujourd’hui  à ces réflexions autour des grands projets de développement économique dans la région Nord/Nord 'Est. Je le fais  avec d’autant plus de satisfaction que je me réfère à une zone au potentiel riche et varié, qui dispose de nombreux atouts pour jouer une partition de premier plan dans la quête d’un développement national harmonieusement réparti et territorialement équilibré.

En effet, ce Corridor Cap-Haitien-Ouanaminthe s’est doté au cours des dernières années d’infrastructures importantes qui ont contribué à en faire, et ceci à l’échelle du pays, un pôle de croissance significatif. Cet axe abrite pas moins de deux parcs industriels – la CODEVI et le Parc industriel de Caracol qui génère déjà,  à eux deux, près de quinze mille emplois directs, des ressources agricoles avérées et diversifiées incluant la première

zone franche agricole du pays, AGRITRANS, un campus universitaire, un aéroport international, un port en voie de modernisation, des attractions touristiques de premier ordre …Ajoutez à cela un maillage serré  de petites et moyennes entreprises –soit 23 % de toutes celles recensées en 2012 sur le territoire national- qui témoignage éloquent du dynamisme et de l’esprit de créativité dont font montre nos compatriotes  du Grand Nord. Autant d’éléments qui méritent d’être mis en valeur et exploités rationnellement au bénéfice de l’homme haïtien et de la femme haïtienne.

C’est dire que cette région regorge de potentialités dans les domaines de l’agriculture, de l’agro-industrie, de l’industrie manufacturière (textile) et des services (tourisme) qui figurent tous parmi les secteurs prioritaires ciblés par le Gouvernement, de par leurs capacités à augmenter la production nationale,  à créer des bassins d’emplois (durables et rémunérateurs) et à générer de la croissance économique de manière soutenue).

Nous avons donc affaire à une région en plein essor. Comment le Ministère du Commerce et de l’Industrie participe à ce mouvement ?

Dès la réalisation du recensement national des entreprises en 2012 qui a permis de cerner le profil des unités de production ou de service disséminées sur tout le territoire national, plusieurs outils ont été mis en place pour adresser les questions liées notamment  à leur faible niveau de  capitalisation, à leurs difficultés d’accès au crédit et à leur management défectueux.

Dans ce cadre, divers programmes d’accompagnement technique ont été conçus.

Pour les entreprises les plus vulnérables qui se caractérisent, toutes, par leur coté informel, le but recherché, dans le cadre du Programme de Soutien aux Micro Entreprises (PSME), est d’arriver à les formaliser, à renforcer leurs capacités à les aider à croitre, à devenir financièrement viables, à les encadrer en leur apportant des outils de gestion plus performants et à leur faciliter  l’accèsau crédit.

A un échelon plus élevé, un programme Accélérateur d’Entreprises est disponible. A ce niveau, l’accompagnement peut prendre plusieurs formes : mise en forme d’idées de projet, élaboration de plans d’affaires, recherche de débouchés pour les extrants en aval et de sources d’approvisionnements ou d’intrants en amont.  Il inclut également le coaching en entreprise et même des opérations plus ciblées, telles la mise à disposition de consultants pour monter par exemple des systèmes comptables ou encore l’achat de logiciels et des formations à la clé.

Le dispositif comprend également le déploiement, au niveau des dix départements géographiques du pays, des Services d’Appui aux entreprises (SAE) dans le but de faciliter la constitution de sociétés au niveau local, développer et stimuler des filières de production propres aux différentes zones de production et fournir un encadrement technique aux entreprises.

Il est en outre complété par la conclusion et l’établissement de partenariats avec des institutions de micro finance en vue de permettre aux PME d’accéder, à des taux préférentiels, au crédit nécessaire au développement de leurs activités.

Dans ce panorama, il convient de mentionner la création du Bureau Haïtien de Normalisation (BHN) qui, entre autres, attestera de la conformité aux normes des produits haïtiens qui deviendront, de ce fait, plus compétitifs tant sur les marchés internes que régionaux et/ou internationaux.

Enfin, la mise en place d’infrastructures de production ou de service n’est pas reste. Les Micro-Parcs industriels de Saint Raphael et de Morne Casse et le Micro-Parc de service de la CODEVI sont programmés pour être parmi les premiers à devoir fonctionner dans le pays.

Tel est, en gros, le condensé des interventions engagées ou envisagées par le Ministère du Commerce et de l’Industrie, avec l’appui de ses partenaires de coopération, notamment la BID, la Banque Mondiale et l’Union Européenne, pour venir en appui au développement du Grand Nord.

En terminant, je voudrais  souligner l’importance de ces deux journées de réflexion qui visent  à promouvoir les énormes potentialités de la région et y attirer les investissements directs nationaux et étrangers. Il y a lieu d’augurer que ce coup de projecteur ne restera pas sans incidences.

Toutes mes félicitations aux  organisateurs de cet atelier d’échanges pour cette louable initiative.